Vue sur...

Tout savoir sur la gestion des tomates

16 mai 2018

Il existe nombre de variétés de tomates mais un seul point nous anime : on les adore ! Les rouges, oranges, jaunes, roses, noires, blanches, zébrées, striées, allongées, rondes, pointues, en forme de cœur, de poire, d’olives, sucrées ou moins sucrées… peu importe, on en veut !

Le mildiou, son plus grand ennemi

Côté culture,  si la plante est originellement vivace sous les tropiques, chez nous, elle est gérée comme une plante annuelle en raison de sa frilosité et elle meurt dès les premières gelées automnales. Son plus gros ennemi, c’est le mildiou. Ce champignon microscopique la fait pourrir irrémédiablement et dans les régions où il pleut souvent, la culture en serre est donc préconisée. Les plants greffés sont plus solides, sinon, en préventif  vous pouvez pulvériser un mélange de 1/10ème de lait et 9/10ème d’eau, l’acidité du lait limite la propagation du mildiou.

 

Comment la planter ?

En pot ou en terre, la tomate a besoin de profondeur. Imaginez qu’elle développe autant sa partie aérienne que sa partie souterraine !  A l’installation, faites une butte de terre de 10 cm de la base de la tige, recouvrez la butte ainsi que le pourtour du pied de paillage végétal comme de la paille ou de chanvre. Cette technique permet de renforcer la vigueur du plant, de limiter les mauvaises herbes et de garder l’humidité du sol. Ce dernier point est important, car la tomate est composé à 95% d’eau. Un arrosage régulier doit être fait sur la butte et la paille mais pas sur les feuilles.

Entretien et compagnonnage des tomates

Tuteur ou sans tuteur ? C’est vous qui voyez. Si vous optez pour la seconde solution, placez une bâche au sol pour garder les fruits au propre.

Côté ‘gourmands’, (ces tiges qui se développent à l’aisselle de la tige-mère et d’une feuille) sur les tomates-cerises, vous pouvez les laisser pousser. Sur les tomates à gros fruits cependant, coupez-les lorsqu’il y a 3 jours consécutifs de beau temps. Cela évitera d’offrir un accès au mildiou.

Les plantes compagnes, ça marche… A proximité du plant, plantez du basilic qui renforce son goût et fait fuir les pucerons. L’œillet d’inde permettra quant à lui, de limiter les nématodes du sol. Ces petits vers grignotent les jeunes racines de la tomate.

 

A vos tomates, prêts, plantez !

tomates de maryline motte monpotdefleurs

Vous pourrez être intéressé par ceci

Pas encore de commentaires, soyez le premier à commenter !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :