Vue sur...

Les erreurs qui tuent vos plantes d’intérieur

6 février 2017

Je pense que ça nous est arrivé à tous de ne pas savoir pourquoi, une de nos plantes ne se plaît pas à l’endroit qu’on lui a réservé. Que l’on ne sache pas trop où la mettre, surtout quand on a des animaux qui pourraient abîmer notre protégée. Ou encore que l’on pense avoir tout fait comme il faut mais que malgré tout, elle ne prenne pas ou elle s’affaisse, perde ses feuilles, etc…

Mais êtes-vous bien sûr de bien vous y prendre ? J’ai donc fait pour vous cet article afin de vous aider à connaître les gestes à ne pas faire avec les plantes d’intérieur.


On a souvent du mal à gérer l’arrosage

L’arrosage est le facteur n°1 d’un échec avec sa plante. En effet, c’est une des choses les plus importantes et l’on a pourtant parfois du mal à le gérer. On finit par noyer ses plantes et les faire pourrir sans parfois se rendre compte que la cause est là. Au final, trop les arroser revient au même que si on ne les arrose pas suffisamment : dans les deux cas leur feuillage s’affaissera. Il est souvent conseillé de les arroser une à deux fois par semaine et nous avons tendance à l’appliquer à la lettre. Ce conseil dépend cependant de la plante mais aussi la période de l’année. Car il est évident qu’elle aura besoin plus souvent d’eau l’été que l’hiver. Le mieux est plutôt d’entretenir une relation avec votre plante comme si c’était votre enfant : soyez tactile avec elle et attendez qu’elle vous demande à boire (mais n’attendez pas trop quand même hein !). Si la terre est sèche, alors arrosez-la mais point trop, si au contraire la terre est encore fraîche, elle n’a pas besoin d’être arrosée. L’épaisseur de ses feuilles compte beaucoup aussi, si elles sont très fines, elle aura plus besoin d’eau que d’autres. Par ailleurs, je vous conseille de faire des arrosages plutôt le matin ou le soir car en milieu de journée, l’eau s’évaporera beaucoup plus vite. Veillez également à arroser uniformément, si ce n’est pas le cas, ses racines et la plante en elle-même aura une croissance déséquilibrée et ne sera donc pas « uniforme » en plus de mal absorber l’eau que vous lui donnez.

J’ai également entendu une technique intéressante qui est d’observer la soucoupe que vous mettez sous votre pot et de la vider s’il y a trop d’eau. Tant que cette soucoupe n’est pas vide, vous n’avez pas besoin d’arroser votre protégée car elle absorbera l’eau dont elle aura besoin au fur et à mesure. Par ailleurs, il faut aussi veiller à utiliser un pot doté de trous, sans quoi les racines pourriront, la plante a besoin que le surplus d’eau soit évacué pour que celle-ci ne stagne pas. D’où la soucoupe nécessaire bien évidemment sous le pot. Sinon… vous pouvez utiliser un pot doté d’un réservoir d’eau qui est bien adapté aux plantes d’intérieur et permet que l’eau ne stagne pas sans avoir le risque que l’eau se renverse en donnant un coup de pied dans la soucoupe par malveillance si la plante est à terre. Ces pots comme nos pots Tania, permettent de garder l’eau dans le fond du pot mais ne touche pas les racines, l’eau s’évapore donc au fur et à mesure et permet une absorption d’eau optimale. Grâce à une petite jauge , vous pouvez contrôler l’eau qu’il reste dans le réservoir d’eau. Tel est le secret de nos grands-mères aux belles plantes vertes dans leur véranda. 😉 Si vous avez quand même tendance à avoir la main lourde avec l’eau ou que l’air de votre maison est humide, vous pouvez déposer dans le fond du pot des billes d’argile pour drainer votre plante


Attention à l’eau du robinet !

Pour une question de temps, on a tendance à faire au plus vite et prendre de l’eau du robinet qui est souvent froide bien sûr. Grosse erreur, premièrement parce que l’eau froide provoque un choc thermique pour votre plante. Il vaut mieux attendre que l’eau soit à température ambiante en prévoyant deux jours avant par exemple, de l’eau dans une bouteille. Deuxièmement, avec tous les traitements que subit l’eau de notre robinet, elle est souvent pleine de chlore et/ou de calcaire et agresse votre plante, ce repos permettra donc également que le chlore et le calcaire disparaissent. Dans le meilleur cas, il vaut mieux privilégier l’eau de pluie que vous pouvez récupérer et qui détient tous les nutriments naturels nécessaires à votre plante. En plus d’être douce, elle est gratuite 🙂 .


Le bronzage, c’est pour nous !

Nous le savons, les plantes ont besoin de lumière. Oui mais ! Ce n’est pas une raison pour la mettre devant la fenêtre au sud et/ou à l’ouest, au soleil ! Sans être à l’ombre, je suis sûr qu’il y a un endroit de votre chez vous qui très bien éclairé mais que le soleil n’atteint pas. Placez-y votre plante. Vous ne voudriez pas que votre plante attrape un coup de soleil hein ? ^^ Vous n’avez pas d’autres choix que de la mettre au bord d’une fenêtre? Soit, à condition que la fenêtre soit exposée à l’est pour que votre plante jouisse d’une exposition idéale. Si vous n’avez vraiment pas d’endroit, la lumière artificielle peut parfois servir dans ces cas-là. Par ailleurs, ne la laissez pas enfermée non plus, sortez-là lors des beaux jours et en été, la température est assez bonne pour elle dans ces périodes là. Pourquoi pas lors d’une pluie printanière, cela nettoiera le calcaire de ses feuilles et elle va adorer cela. Veillez toujours à ce qu’elle ne soit pas directement en contact avec les rayons du soleil et allez-y progressivement. Autre astuce, tournez-là régulièrement pour que ce ne soit pas toujours le même feuillage qui soit exposé à la lumière et ainsi risquer un développement irrégulier qui pourrait faire pencher votre plante.


Ne les chouchoutez pas dans l’excès !

Voulant qu’elle est bien chaud, on pourrait être tenté de la mettre près d’un chauffage. Ce qui lui est fatale et va la dessécher. Au contraire, une période froide pourrait lui apporter un repos végétatif et la différence de température entre la nuit et le jour lui suffisent amplement.

Ne lui donnez pas trop à manger ! Votre plante n’a pas besoin d’engrais dès qu’elle a soif, vous brûlerez ses racines. Attendez qu’elle se repose un peu après lui avoir donner à boire pour nourrir. En vérité, votre plante a besoin d’engrais pendant sa période de croissance, entre mars et septembre, si elle est dans de bonnes conditions de base. Ensuite, un apport une fois par mois est largement suffisant. Faites attention cependant à ne pas doubler la dose, surtout si le terreau en contient déjà.


Mais ne les délaissez pas non plus…

Ce n’est pas parce que je vous dis de ne pas trop la chouchouter qu’il faut la délaisser non plus, tout est question de dosage. Il faut quand même s’en occuper un minimum en brumisant son feuillage lorsque l’air est sec en hiver par exemple sans toucher à ses fleurs. Nettoyez ses feuilles, dépoussiérez-la car cela l’empêche de profiter de la photosynthèse et fait donc écran à la lumière. Vous pouvez également lui appliquer un lustrant pour que ses feuilles soient d’un vert brillant et anéantir par la même occasion les effets du calcaire. Pour la revitaliser, vous pouvez la tailler un petit peu de temps en temps lorsqu’elle a des branches mortes, des pousses fragiles, des feuilles abîmées, malades ou encore des fleurs fanées. Cela lui évitera de s’épuiser et donnera ainsi de l’énergie aux nouvelles pousses et fleurs.


Votre plante est comme un enfant, elle grandit !

Vous pouvez garder votre plante après l’avoir achetée un an maximum dans son pot d’origine. Pensez donc à le changer un peu avant mais regardez la encore une fois. Si ses racines commencent à sortir du pot, que son feuillage commencent à être ridiculement plus imposant que le contenant ou encore que vous voyez qu’elle souffre et que ces feuilles et fleurs sont plus petites que d’habitude, qu’elles ont moins de peps, c’est qu’il est temps de le changer, même si ça ne fait pas un an que vous l’avez acheté. Certaines poussent plus vite que d’autres.


Dans tous les cas, inspirez vous des conseils que l’on vous donne sans les suivre à la lettre puisque chaque plante ne réagira pas de la même façon selon la maison dans laquelle elle se trouve. Le maître mot est donc l’attention. « Ecoutez » ce que votre plante a à vous dire.

N’hésitez à partager votre expérience personnelle sur le sujet ! 🙂

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous pourrez être intéressé par ceci

Pas encore de commentaires, soyez le premier à commenter !

Laisser un commentaire