Que faire en Juin ? Que faire en Mai ?

Comment « dompter » un lotus sacré ?

17 mai 2017

On peut facilement confondre le lotus et le nénuphar mais la culture de l’un est plus facile que l’autre. Mais du coup… comment faire la différence ?

Le lotus a des feuilles en forme de coupe aux bords ondulés qui sont au dessus de l’eau tout comme ses fleurs. De plus, ses feuilles sont aquaphobes, l’eau va rouler dessus sans jamais s’absorber alors que le nénuphar l’absorbe. Un peu le comble pour une fleur aquatique me direz-vous mais ça lui a valut d’inspirer les scientifiques qui ont créés des vitres autonettoyantes à l’image de ses propriétés.

On peut également les différencier à partir de leurs graines. La graine du lotus est grosse, ronde et très dure contrairement au nénuphar. Les scientifiques ont même retrouvé des graines de plus de 1000ans, intactes et qu’ils ont réussi à faire germer. Plutôt costaud comme graine !

La culture de cette graine est d’ailleurs plus facile que celle du nénuphar et nous allons voir cela tout de suite.


Quelles méthodes possibles ?

Tout d’abord, il existe trois méthodes différentes pour planter votre lotus. Vous pouvez  planter :

  • la graine
  • le rhizome
  • ou la plante toute prête

Inutile de vous expliquer la plantation du lotus tout prêt mis à part qu’il y a une règle de profondeur à respecter, une exposition et un terreau bien particuliers. Je vais vous expliquer tout cela à partir du rhizome et de la graine.


Faire vous-même vos lotus à partir de graines

  • Germination

Avant le semis, une étape est cruciale pour la culture de cette graine, c’est la stratification. Comme je le disais plus haut, cette graine est très solide et protège donc très bien son intérieur par son imperméabilité. Sans cette étape, elle ne germera pas. La stratification va permettre à la graine de se « réveiller » en quelques sortes. Pour cette étape, vous aurez besoin de ce matériel ci-dessous :

matériel-germer-graine.png

  1. Les graines de lotus ont un côté pointu, vous devez frotter délicatement le côté opposé à l’aide du papier abrasif jusqu’à ce que la graine soit ouverte sur quelques millimètres.
  2. Taillez la graine très minutieusement jusqu’à entrevoir le germe vert au cœur de la graine. Ce dernier ne doit cependant pas être endommagé  Dans le cas contraire, il ne poussera jamais.
  3. Mettez les graines dans de l’eau entre 25°C et 30°C idéalement (elle ne doit pas descendre en dessous de 25°C) pour qu’elle germe rapidement. Plus la température sera froide, plus elles mettront du temps à germer. Ce n’est pas une plante des contrées chaudes pour rien 😉 .
  4. Au bout de 4 jours, les graines devraient avoir commencé à germer, mettez le verre d’eau au soleil pour qu’elles bénéficient du maximum de lumière possible.
  5.  Au bout d’environ une semaine, les graines devraient présenter deux/trois tiges terminés d’une feuille. A ce stade, nous pouvons alors passer à l’étape suivante.

Veillez lors de cette étape à changer l’eau matin et soir en prenant soin de ne pas provoquer de choc thermique.

  • Semis

A partir de là, vous aurez besoin d’outils différents qui sont les suivants :

matériel-semis-lotus.png

  1. Placez le terreau dans un petit pot panier.
  2. Faites un petit trou en surface.
  3. Plantez-y votre graine et recouvrez-la avec le terreau. La graine doit vraiment être en surface.
  4. Plongez le pot petit à petit dans un grand conteneur rempli d’eau pour que le terreau s’imprègne de l’eau doucement. Il faut qu’il y ai environ 5cm entre le pot et la surface de l’eau.
  5. Répétez ces actions pour toutes vos graines afin d’avoir une graine par pot panier.
  6. Transplantez votre lotus au fur et à mesure qu’il grandit dans un pot plus grand jusqu’à changer par un pot classique à la place des pots panier. Changer de pot au fur-et-à-mesure permettra de renforcer votre lotus. Un pot non ajouré sera optimal pour sa plantation définitive pour garder la chaleur nécessaire au lotus. Faites attention lorsque vous repiquez vos lotus dans des pots plus grands car ces plantes sont très fragiles.
  7. Vous pouvez alors augmenter la profondeur au fur et à mesure de leur croissance.

 

  • Plantation définitive

Lorsque vos lotus détiennent 5 feuilles, vous pouvez les planter dans leur environnement définitif.

Pour cela, il vous faudra des conteneurs encore plus grand (un par lotus). Le lotus prend très vite l’espace que l’on lui donne, le planter en conteneur permettra d’éviter qu’il en prenne trop. Il serait capable de conquérir tout votre bassin, si, si. Les conteneurs devront être large (au moins 30cm de diamètre).

big.gif

Par contre, on est d’accord que c’est pas parce que je parle de bassin qu’il faut absolument en avoir un, hein ! Une terrasse lui conviendra très bien dans un bac entre 60 et 80cm de profondeur à condition que vous preniez un lotus de petit taille. Les grands lotus n’y survivraient pas.

  1. Remplissez votre conteneur d’environ 20cm de terreau aquatique.
  2. Plantez-y votre lotus.
  3. Recouvrez de 20 cm de terreau aquatique
  4. Plongez-le doucement dans l’eau sous au moins 30cm d’eau ou recouvrez-le de la même quantité d’eau si vous le mettez en terrasse.
  5. Alimentez-le avec des pastilles d’engrais. Le lotus est très gourmand en engrais.
  6. En hiver, le lotus doit être à au moins 50cm de profondeur pour ne pas être victime du gel. Le lotus est très frileux et cela lui serait fatal. Sinon, pour être sûr, vous pouvez également le mettre en véranda le temps de l’hiver.
  7. A la fin de l’été, enlevez-lui ses feuilles et fleurs fanées pour qu’il reparte l’année d’après.

A partir de graine, il est fort probable que votre lotus ne donne des fleurs que l’année suivante.


Plantez un rhizome

Mais d’abord, qu’est-ce qu’un rhizome ? En fait cela se rapproche du gingembre en beaucoup plus gros. Le rhizome du lotus ressemble à une sorte de banane toute en longueur (plus de 30cm de long).

rhizome

Pour le planter, il n’y a rien de plus simple, il suffit de le poser sur 40cm de terreau aquatique dans le même type de conteneur cité plus haut. Bien sûr, en faisant cela il va flotter. C’est pour cela qu’il faut le tenir en le recouvrant d’un peu de terreau et en tassant (mais attention il est très fragile). Ou bien mettre une pierre par dessus pour le maintenir.

Cela s’applique seulement aux rhizomes qui auront été divisés car dans le cas contraire, ils ne tiendront jamais dans un conteneur de moins de 80cm de diamètre. La division du rhizome est assez délicate puisque que lui-même est délicat à manipuler. Cassé, il ne sera plus fertile car il va s’imbiber d’eau et pourrira. Surtout s’il casse à ses nœuds (les points les plus étroits du rhizome). Il faut le couper à 3-4cm de ses entre-nœuds pour le diviser. De sorte qu’il y ai une série de 3 tubercules sur un rhizome.

 

Il aura besoin à sa plantation et à chaque printemps, de 6 à 9 pastilles d’engrais.

 

Et vous ? Vous en avez déjà planté ? Quelle a été votre expérience ? Quelles variétés avez-vous plantées ?

Pas encore de commentaires, soyez le premier à commenter !

Laisser un commentaire